Olivier Mosset retour vers le passé

En plus des expositions consacrées à Trisha Brown et à Bruce Naumann, le Musée d’art contemporain de Lyon reconstitue une exposition consacrée à l’artiste suisse Olivier Mosset.

« A step Backward », littéralement, « un pas en arrière » est une initiative intéressante qui consiste à effectuer un petit voyage dans le temps, jusqu’en 1987. En 1987 les choses sont bien différentes, on pleure Dalida, on privatise TF1, et Michael Douglas remporte un oscar pour Wall Street. Une année riche en évènements, qui nous semblent désormais bien loin… quoique concernant Michael Douglas…

Si loin que la plupart d’entre nous ne se souviennent pas de l’exposition consacrée à Olivier Mosset par le Mac qui se trouvait alors dans les bâtiments du Palais St Pierre. 23 ans plus tard le musée revient sur cette exposition qui permet de confronter notre regard à des oeuvres créées spécialement pour l’occasion. Ces « rétrovisions », intéressantes dans leur principe, avaient déjà été expérimenté avec Jan Fabre ou François Morellet

Membre du groupe BMTP crée en 1966, Mosset côtoie alors Buren, Parmentier et Toroni, et participe a l’élaboration d’un programme artistique radical. Basé sur le motif et le minimalisme des formes, chacun des artistes du groupe élabore un langage spécifique. Quant Buren travaille sur des lignes de couleurs parallèles, Parmentier peint à la bombe sur une toile pliée et Mosset opte pour un cercle noir sur fond blanc. Sans émotions, la peinture est alors réduite à son essentiel, une sorte de perfection froide.

En 1987, l’exposition comprenait 9 toiles toutes présentes aujourd’hui. Ces peintures sont des bichromes enrichies par une œuvre inédite à l’époque « a Step Backward ». de couleur uniformément grise, elle est délimitée par 3 bandes blanches qui se confondent avec le couleur du mur. Le quatrième coté « inférieur » reste alors « ouvert ».

olivier mosset

Vue de l'exposition A Step Backwards, Bob’s kitchen, Caprice… © Blaise Adilon

En reprenant ses travaux de 87, et en adjoignant quelques œuvres en provenance des collections du musée, Mosset tente d’établir un rapport au temps. « Les toblerones » qui reprennent la forme de barrières antichars, sont en glace et fondent petit à petit sous l’œil de caméras de surveillance qui témoigneront de leur existence. Une œuvre forte empreinte d’une poésie qu’on ne retrouve pas dans les autres travaux.

olivier mosset

Vue de l'exposition A Step Backwards © Blaise Adilon

Toujours dans l’appréciation de l’espace, « les cimaises sculpture » se présentent sous la forme  de 5 blocs  de bois blanc disposés selon différentes structures . Là encore les « œuvres » se confondent avec leur environnement, tout en l’occupant de manière froide et rigide.

Alors le voyage vaut il le détour? En 1987 on fêtait le vingtième anniversaire de la dissolution du groupe BMTP. Les années 80 ont apporté la gloire aux anciens membres du groupe, en particulier à Daniel Buren qui a multiplié les interventions sur l’espace public, notamment la place des Terreaux à Lyon. En fait l’exposition d’Olivier Mosset est un peu à l’image de cette place, innovante dans sa conception d’alors, froide et rigide quand on la regarde aujourd’hui.

Olivier Mosset: A Step Backward

Mac de Lyon

jusqu’au 31 décembre 2010

du mercredi au dimanche de 10h à 19h

tarifs:  6/4 euros

Mots-clefs :, , , , ,

Réagissez