ARCO la foire qui doit réveiller Madrid

Du 16 au 20 février se tient l’ARCO, l’une des foire les plus populaire du monde avec près de 150 000 visiteurs. En 2011 le but sera de faire revenir les acteurs du monde entier, malgré la forte concurrence des autres foires.

L’ARCO fête cette année son 30e anniversaire, ce qui en fait un des évènement incontournable en Europe. Cet anniversaire est l’occasion pour la foire de proposer un programme plus à même de séduire les professionnels. Pour cela Carloz Urroz, qui fût autrefois directeur adjoint de la foire et qui bénéficie de la confiance de nombreux galeristes, a été nommé à la tête du navire.

Le reproche le plus souvent formulé était l’aspect de plus en plus régionaliste de la foire, qui a fini par se couper peu à peu des acteurs internationaux. Bien que la plupart des exposants soient ibériques, on trouve quelques galeries allemandes et asiatiques. Parmi les français, on compte les galeries parisiennes de Daniel Lelong ou Catherine Putman, et la galerie toulousaine Sollertis.

Cette année on compte pas moins de 197 exposants (chiffre pourtant en baisse), un nombre quasi équivalent à celui de la FIAC 2010.  Les frais des participation sont plutôt abordable, avec un budget de 5000 euros pour un stand de 20 m2, auxquels il faut ajouter 1600 euros de frais catalogue. Une somme qui peut séduire de jeunes galeries, même si il faudra compter avec les frais de transports.

Mais la grosse innovation de cette édition est la présence de nombreuses fondations qui deviennent de véritables acteurs à part entière. Coca-cola, Heineken, Banques, musées (Reina Sofia) développent une véritable politique d’acquisition. Leurs achats sont  mis en évidence comme pour souligner l’activité économique de la capitale madrilène, malgré ces temps de crise. L’ARCO a elle même crée une fondation, dont les achats sont ensuite exposés au musée de St JAcques de Compostelle.

arco madrid

Au niveau des thèmes abordés, outre les classiques sections réservées aux jeunes galeries,  on trouve un focus sur la Russie avec quelques galeries invitées comme la galerie XL et des partenaires institutionnels. Mais l’ARCO mise surtout sur le Focus sur l’amérique latine avec des oeuvres spécialement conçues pour la foire. Un véritable appel du pied de la part de l’ARCO, qui au fil des années a vu les collectionneurs sud américains se reporter sur l’Art Basel Miami.

arco madrid

Ces deux initiatives démontrent que l’ARCO cherche à atteindre un public plus large à l’est et àl’ouest. Une initiative louable qui vient directemement en concurence avec des foires qui ont sans doute pris quelques longueurs d’avance qu’il ne sera pas facile de rattraper.

ARCO Madrid

Du 16 au 20 février

Mots-clefs :,

Réagissez