Lecomte)s(, la brute et le truand

Le générateur  consacre son espace d’exposition,  du 3 au 27 mars 2011, à une exposition de Frédéric Lecomte et Stéphane Lecomte. Un même nom, certe, mais le principal point commun est l’Art, qui les lie dans cet espace dédié à l’art contemporain.

lecomte1

Lecomte)s(, la brute et le truand est la 4ème exposition d’arts plastiques présentée au Générateur, qui affirme ainsi sa démarche en faveur de la création contemporaine. En référence aux célèbres Western Spaghetti de Sergio Leone, vous reconnaitrez « le bon, la brute et le truand ».  Un clin d’œil à une culture populaire et un pied de nez à l’art bourgeois. Les Lecomte)s( s’inscrivent dans l’art contemporain, en tant qu’art actuel, qui illustre la fin de l’œuvre comme objet de divertissement. Ça bidouille et ça bouscule la place de l’art dans la société. Ça se joue de la réalité. A nous d’interpréter !

fredlecomte

Un nouvel échange avec les figures de ce bas monde prend place dans les 600m carré d’exposition. Des images d’enfance et des icônes masculines se faufilent à travers les œuvres de Stéphane Lecomte. Quand à Frédéric Lecomte, il joue avec notre sens oculaire. Il est aussi à l’origine de la NoGallery, structure à l’initiative du campement installé lors de la Nuit Blanche 2010 au Générateur.

image3

Frédéric Lecomte et Stéphane Lecomte se livrent un duel jovial, sur un même terrain d’entente. Des objets de tous les jours, des jouets, des lumières… On pourrait se méprendre, mais ces deux touche-à-tout ne recyclent pas, ils mettent en scène. On se plonge dans cet univers narratif. On circule entre dessins, vidéos, installations, miniatures, moulages et j’en passe.

image4

Le Générateur est un lieu d’art, dont l’objectivité et la neutralité sont mots d’ordres (parmi tant d’autres). Chaque exposition est une invitation à un voyage sans destination fixe, sans autre objectif prédéterminé que d’agrandir l’univers des possibilités d’existence. Ici  tout peut se faire, se défaire, s’imaginer, se construire. Rien n’est fixe, ni figé. A 100 mètres de Paris, le Générateur est un espace intermédiaire, hybride, interstitiel, pour que la vie se maintienne et se développe, malgré tout, dans cette partie si spéciale de cette périphérie qui jouxte Paris. En échange perpétuel avec la population et les institutions de Gentilly, ce centre d’art s’inscrit dans les espaces culturels français vivants et vivifiants.

image5

Dans une démarche d’interactivité, le Générateur ne propose pas seulement une exposition à l’occasion de celle ci. C’est pourquoi, soupes et hors d’œuvres faits maison, accompagnés d’un barbier rythment le vernissage.  Toujours dans les événements ludiques, une conversation ping pong, au sens propre comme au sens figuré, est organisé le Jeudi 17 mars à 18h30.  Si vous avez raté le vernissage, ne vous formalisez pas, le finissage le 27 mars à 16h00 réserve de belles surprises…

image6

Infos pratiques

Vernissage jeudi 3 mars à 18h30

Conservation pingo pong jeudi 17 mars 18h30

Finissage dimanche 27 mars 16h00

Le Générateur

16 rue Charles Frérot – 94250 Gentilly

www.legenerateur.com

Mots-clefs :, , , ,

Réagissez