Une nouvelle oeuvre d’art vandalisée!

Après la destruction d’un cliché d’Andres Serrano à la Fondation Lambert à Avignon, c’est l’œuvre de Pascal Marthine Tayou qui a subi les affres des vandales.

Depuis début mars l’artiste présente de nombreuses installations au cœur de la ville. Une d’entre elles, une colonne, a été placée dans l’enceinte de l’église Saint Bonne Aventure, aux cordeliers dans le deuxième arrondissement de Lyon. Sous la forme d’une colonne de 7 mètres de haut, composée de 33 casseroles émaillées, le plasticien proposait a priori une sculpture à l’esthétique bien peu blasphématoire.

Andres SERRANO • Piss Christ (Immersions), 1987. Collection Lambert à Avignon

Pourtant, mardi soir vers 19h30, le sacristain entend un grand fracas. En arrivant il aperçoit la colonne par terre et un individu qui s’enfuit. Plutôt téméraire, il le rattrape, le ceinture et attend les forces de l’ordre. Emmené par la police, l’individu sera relâché suite à son audition. Le coupable n’est donc toujours pas identifié.

Cette destruction, totalement intentionnelle, soulève beaucoup de questions. Surtout après l’épisode d’Avignon. On s’interroge malgré tout sur les motifs qui ont poussé ces individus à agir ainsi. Autant l’aspect provoquant de « Piss Christ » pouvait expliquer (à défaut de justifier) l’action de certains intégristes catholiques, autant l’œuvre de l’artiste camerounais n’a rien d’iconoclaste. Ce que confirme le père Luc Forestier, qui avait lui même sollicité le musée d’art contemporain, en expliquant que la sculpture avait plutôt bien été accueillie. Depuis début mars seuls quelques mails exprimaient un certain mécontentement, mais sans aucune menace.

Malgré cette chute la « colonne » devrait être remontée dès ce vendredi. Reste en suspens la question de plus en plus problématique de l’expression artistique face à certaines formes d’intégrismes…

Mots-clefs :, ,

Réagissez