Go to London!

Londres, en tant que capitale, est nécessairement un espace culturel important. C’est bien de voyager mais c’est bien aussi de savoir où l’on va et de trouver ce que l’on cherchePar Elia

Pour trouver « facilement » galeries, zones d’expositions et musées, il vous faut :

- Le newexhibitions, un dépliant réédité tous les  deux mois, qui recense un nombre important de galeries sur Londres, la région, l’Irlande, l’Ecosse et le pays de Galles. Il est très complet mais la carte fait mal aux yeux.

- Le Artupdate.com est un dépliant trimestriel très complet également. La carte y est plus agréable.

- Dans le même format il y la le South London Art Map, qui, comme son nom l’indique, est focalisé sur le sud de Londres.

- Un magazine est publié au moins au mois de juin, Galleries,  avec plus de 60 pages, il propose des cartes assez précises, des listes de lieux d’expositions, les nouveautés et des explications.

tag

Entre les arrêts de métro Tottenham Court Road et Bond street, c’est plus d’une trentaine de galeries qui vous attendent ! Ce n’est pas parce qu’elles sont beaucoup que c’est simple ! Les galeries sont présentes mais bien cachées. En effet, entre les galeries inexistantes sur la documentation et celles qu’on ne voit pas lorsque l’on passe quatre fois devant, il faut être aux aguets.

devanture summaria lunn

A proximité de BondStreet, à la recherche de perle culturelle, j’aperçois un mur en fausse herbe. Intrigué je m’approche. C’est la Galerie Summarria Lunn. Une galerie atypique qui présentait de magnifiques travaux de la jeune Yun-Kyung Jeong. Axonométrie, titre et concept de l’exposition est un corpus de peinture à l’acrylique sur différents supports, tels la toile, le tissu ou la microfibre. Chaque œuvre nous emporte dans son monde et donne l’envie ou le besoin de voir plus, de toucher plus, d’expérimenter plus. L’artiste use des croisements et des collisions  entre architecture et nature, technologie et tradition, réalité et utopie. L’expo en cours est David Rickard, un joueur du temps.

yun-Kyung Jeong

Yun-Kyung Jeong, acrylique sur toile, 2009

Pour qui ne connais pas, le Tate Modern et la Tate Gallery sont immanquables !

A proximité, les galeries ne manquent pas. Entre Waterloo et London Bridge, la promenade culturelle est riche. A deux pas de Southwark, il y a notamment l’espace d’arts Jerwood Space, qui héberge artistes plasticiens, performers et musiciens. À l’honneur pour encore quelques temps, Clare Mitten, Cara Nahaul et Corinna Till.

DSCF3287

fresque à proximité de London Bridge. J'attend un commentaire de ceux qui la trouvent ;)

Clare Mitten a étudié au Royal College of Art, à l’Université de Gloucestershire et à l’université de Sussex. Son matériel phare est le carton, qu’elle utilise à la reconstruction d’objet comme une montre ou un char. Ses collages et bricolages sont pleins de vie et pleins de mouvement. Cette artiste pleine d’humour et de talent vous simplifie la vie.

Clare Mitten, 2010

Cara Nahaul délivre son combat et toutes ses émotions sur toiles. Diplômée en Histoire de l’Art à Goldsmiths University à Londres et en Art et Design à Wimbledon School, c’est à l’huile qu’elle dévoile son intérêt pour l’Histoire, dure, que l’on reproduit sans cesse et sans vergogne. Il y a une telle puissance dans ces peintures que j’en suis ressortie sans un mot.

Cara Nahaul, huile sur toile, 2010

Une étonnante reproduction d’un bureau, les œuvres posées au sol, c’est Corinna Till. Elle s’inspire de la rue et de la vie. « At the Gates » est une entrée. C’est un lien avec le temps et l’espace. La rue se compose et se recompose sans cesse, Corinna Till recompose. Surface sur surface, elle nous propose, entre autres, ses peintures mises en scène puis photographiées.

Corinna Till, impression numérique,2010

À vous de visiter!

 

 

Mots-clefs :, , , ,

Réagissez