Maroussia Chanut: l’Affaire Homme

L’artiste lyonnaise expose ses travaux les plus récents à la Galerie Artaé jusqu’au 2 juillet. Des animaux acidulés au doux goût de tragédie… – par JCA

Une artiste qui aime les figures aux couleurs acidulées introduction à une exposition légère dépourvue de sens ? Détrompez vous, l’art de la demoiselle va bien au delà de cet aspect Pop. Et n’allez pas lui dire que son art est féminin! Comme Maroussia le souligne « quand une femme a une pratique artistique, il faut toujours que l’on ramène ça à sa féminité…c’est assez odieux« . L’Affaire Homme va bien au delà.

maroussia chanut

La première œuvre conçue pour l’exposition, c’est cette monumentale sculpture représentant un ours blanc, au somment d’un massif glacé qui nous empêche de l’atteindre. Souhaite-il s’isoler ou commettre l’irréparable? Le spectateur ne pourra que le constater.

maroussia chanut

maroussia chanut

Pourquoi ce titre énigmatique, « l’Affaire Homme »?

Le titre vient d’un recueil de textes de Romain Gary qui regroupe des textes écrits entre les années 50 et 70 dans lequel il aborde les grands thèmes comme la colonisation, les relations diplomatiques bref tout ce qui touche à l’état du monde. Le titre a été donné de manière posthume, ce qui colle bien avec mon idée… L’affaire Romain Gary c’est l’Affaire Homme.

Il faut se souvenir que Gary avait réussi l’exploit obtenir un deuxième prix Goncourt (un écrivain ne peut normalement le recevoir qu’une seule fois) avec « La vie devant soi » sous le pseudonyme Emile Ajar. Il dénonçait alors le ridicule du monde littéraire avec dérision. Une attitude qui plaît à Maroussia « il y a cette idée de toucher au tragique par la farce, pour révéler la vanité des choses »

maroussia chanut

La farce pour mieux questionner notre humanité, voilà ce qui a guidé Maroussia Chanut. Il y a toujours ce rapport avec les thèmes d’une enfance en danger, ici un ours blanc, là bas un enfant soldat qui prend les traits d’une panthère rose ou encore cet homme biscuit à moitié grignoté.

maroussia chanut

Et puis il y ce petit garçon à l’apparence de bébé phoque, qui voit une flèche transpercer le flan qui trône sur sa tête. Il faut se reporter ici à la légende de Guillaume Tell qui s’avère beaucoup moins sympathique qu’il n’y paraît. « En fait je me suis dit que ce qui collait le mieux à l’idée de victime c’était un bébé phoque« .

maroussia chanut

Quel lien avec le célèbre archer?

« En faisant des recherches je suis tombée sur un texte qui parlait de la légende de Guillaume Tell. Elle remonte au 14e siècle. Guillaume Tell s’opposait alors au pouvoir suisse. Mais l’histoire a bien été remaniée depuis pour en faire un symbole de l’indépendance Suisse, pour légitimer un pouvoir. A l’origine, il aurait croisé le Bailli du comté et aurait refusé d’enlever son chapeau. D’où le défi de tirer une flèche à travers la pomme placée sur la tête de son fils. Ce qu’on dit moins c’est qu’il assassina le Bailli quelques temps après. »

maroussia chanut

Cet exemple synthétise les thèmes abordés par l’exposition, la violence contre l’enfance et la rébellion contre une forme d’autorité patriarcale. Le propos est affirmé et chaque pièce prend alors son sens. Ce qui pouvait apparaître futile et léger, se charge peu à peu d’un sens dramatique, même le « Flambi » « On retrouve cette opposition entre la douceur et la tendresse du Flambi et la violente rigidité de la flèche« .

maroussia chanut

Maroussia Chanut propose un véritable cheminement, au gré de ses personnages qui réussissent l’exploit de nous amuser avant de nous mettre face à nos fêlures.

Maroussia Chanut: L’Affaire Homme

Galerie Artaé

Jusqu’au 2 juillet 2011

Du jeudi au samedi de 1′h30 à 19h30

maroussia chanut

Mots-clefs :, , ,

Réagissez