¿ Et si la vie, c’était autre chose ?

Dans le cadre de la 11ème Biennale d’Art Contemporain de Lyon, de nombreux artistes ont investi des espaces culturels phares. Entourée des nouveaux quartiers de la Confluence, La Sucrière abrite de nombreux trésors, du trait de crayon à la performance. - Par Elia.

Et si la vie ce n’était pas ça ? Si, à la quête du bonheur, nous nous étions trompés de direction ? Ce bonheur n’est il qu’un leurre. Un chemin noirci, pollué, déséquilibré, sur lequel nous sommes inégaux, malheureux, dans le doute et dans de multiples angoisses.

Robert Kusmirowsk "Stronghold"

Nous voici dans une société où peu de choses peuvent freiner les agissements du gouvernement, où il est plus prudent de se taire, où nos chemins de vies sont devenus une seule et grande autoroute. Où la consommation et le paraître sont une religion.

Ce n’est pas une erreur, cette introduction est mon ressenti de cette exposition. Il est important de prendre conscience que l’Art nous touche. Il faut écouter ce qu’il nous dit, il ne s’adresse qu’à nous. Lors de mes visites, le discours d’une médiatrice m’a interpelé :  » Sincèrement, ici, pour cette exposition et pour de nombreuses créations, si ce n’est pour toutes œuvres, l’interprétation est personnelle et intérieure ». Elle n’aurait pas pu mieux résumer la puissance de l’Art. Kandinsky parlait de la résonance intérieure et de l’art comme d’un discours qui s’adresse directement à l’âme, sans passer par nos consciences erronées.

Erika Verzutti

Ne pouvant faire l’éloge de chacun des artistes, j’ai fait une petite sélection de ceux qui m’ont le plus touché. L’ambiance générale semble à la « monstration » d’une chaine d’erreur dont le départ remonte à une date lointaine et imprécise, à la présentation de toutes autres possibilités et au rappel de l’espoir infini.

Gabriel Acevedo Velarde "Escenario" 2004

Il y aurait il un regard posé sur nos erreurs passées, des faux pas connus et sur les  erreurs présentes, ces scandales à moitié sus et tus de tous. Gabriel Acevedo Velarde présente en vidéo une idée froide de ce que je qualifierai à ce jour, de système éducatif. La simplicité de la mise en scène, la clarté des propos et leurs sobriété font leurs effets. Le monde se déforme, nos visions sont altérées. Zbynek Baladran nous propose sur ses grandes feuilles de papier une nouvelle grille de lecture, une étude expérimentale de ce monde. Repoussez les limites de la lecture!

Quand à Guillaume Bijl, il nous présente la none de Bruges. Un personnage fictif que bon nombre de personnes ont adulé, prié… Ne serait ce qu’un reflet de nos sociétés, où l’on croit éperdument en des choses montées de toutes pièces ? Encore une voie que l’on suit qui n’est qu’un leurre organisé ? Un espace plein de gravité, de spiritualité ? Peut être d’humour et d’idée du monde.

Guillaume Bijl "La none de Bruges" 2002

On croise un entrain certain pour la conquête de nouveaux horizons. Nous voici dans une phase d’investigation, de recherches et de découvertes. Une fraicheur naturelle découle des œuvres de nombreux artistes. Et tout particulièrement à travers les œuvres d’Erika Verzutti. De nouvelles questions s’installent, des codes se retournent. La réalité n’est pas toujours dure. La douceur de ses créations apaise malgré l’objet de son travail : la mort et l’enterrement d’animaux.

Elly Strik "Dessins" et Marina de Caro

Tracey Rose chamboule avec le sourire. À travers ses performances, à l’apparence plus ou moins humoristique, elle questionne des codes de sociétés profonds. Un exemple ? « Adam était-il en réalité une femme noire ? « . Bon nombre de nos croyances amènent à de grosses erreurs (génocides, guerres, haines, communautarismes…). Il est temps d’ouvrir les yeux, de sortir de sa « tort-peur ».

Elly Strik nous transcende. Ses œuvres vous parlent, vous questionnent. Elle puise son énergie créatrice, dans un monde à la puissance infinie. L’artiste néerlandaise  se joue des formes et l’onde de ses créations est une atteinte directe à l’âme, un appel à la raison intérieure. Un regard sans fin, un mouvement fixe. Une grosse vague en même temps qu’un chocolat chaud.

Aurélien Froment "La tectonique des plaques" 2011

On respire alors de nouveaux espaces. On passe par des états de consciences, d’explorations, pour revenir à ce que Marcel Proust qualifierait de « vrai découverte« , celle qui « ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à changer de regard« . Eduardo Basualdo me paraît bien illustrer cette idée. Cet espace calme, sobre et profond placé au fond du 1er étage, vous transporte. Le silence, les formes peu réalistes si elles sont censés représentés le réel, le noir de ce liquide rythmé par cette gravité inconnue, n’est que temps de sublimation. On retrouve dans les performances de Aurélien Froment une douce piqûre de rappel à la vérité. On palpe à nouveau le temps comme une après midi d’enfance.

A lire également sur la Biennale de Lyon:

La biennale de Lyon : L’usine T.A.Z.E

La biennale de Lyon : La fondation Bullukian

La biennale de Lyon : Le MAC

Biennale de Lyon : « Une terrible beauté est née »: La Sucrière

Les Docks, 49 quai Rambaud 69002 Lyon

Jusqu’au 31 décembre

En semaine
Du mardi au vendredi de 11h à 18h

Le week-end
Samedi et dimanche de 11h à 19h
Fermeture hebdomadaire le lundi

Horaires exceptionnels pendant la Fête des Lumières
jeudi 8, vendredi 9 décembre de 10h à 18h,
samedi 10 et dimanche 11 décembre de 10h à 19h.

Plein tarif : 12 €

Entrée + visite commentée : à partir de 13 €

Entrée + Audioguide : à partir de 12 €

Le billet d’entrée donne accès une fois à tous les lieux.
Il est valable pendant toute la durée de la Biennale.

Tarif réduit : 6 €

Mots-clefs :, , , , ,

Une réaction sur “¿ Et si la vie, c’était autre chose ?”

  1. Je trouve le commentaire de cette exposition une vrai réflexion sur la vie, la vie en général et sur les normes qui nous portent et nous influencent.
    L’art et véritablement une façon de se repositionner, de revenir à soi et de réfléchir à nouveau, avec un autre regard, d’entrer profondément en soi.
    Ca donne envie de voir l’expo.

Réagissez