Biennale de Lyon 2011 : Le MAC

Troisième lieu majeur de la biennale de Lyon 2011, après la Sucrière et l’Usine TAZE, le MAC poursuit la recherche d’une terrible beauté. Par JCA

Le musée d’art contemporain est sans doute l’étape la plus institutionnalisée de la Biennale 2011. Cependant on retrouve une belle diversité dans les supports utilisés. Peintures dessins sculptures, ou installations, le panorama est vaste.

Comme il serait trop long ici de s’arrêter sur chaque œuvre, nous faisons une sélection totalement subjective de ce qui nous a marqué.

Virginia Chichota

Virginia Chichota "Fruit of the Dark Womb"

Au 1er étage, ce sont les poupées de Virgina Chichota qui nous donne le premier coup de poing. « Fruit of the Dark Womb » représente des personnages de poupées de chiffon subissant les outrages les plus violents. Symbole des violences faîtes aux femmes en confrontant l’innocence à la violence du monde moderne. En face, Michel Huisman continue son travail la fable et le merveilleux avec « surrendings birds ».

Michel Huisman

Michel Huisman "Surrounding Birds"

Au deuxième étage, arrêtez-vous sur les peintures d’Hannah Van Bart. Chaque portrait représente une figure imaginaire qui porte la révélation d’un idéal. Hannah cherche à atteindre le point de révélation de sa figure. Une fois qu’elle existe, qu’elle est hors de soi, son travail s’achève.

Hannah Van Bart

Hannah Van Bart

Il y a aussi les dessins acoustiques de Milan Grygar qui s’inscrit dans une réflexion proche de Kandinsky, et Alexander Schellow, avec « Storyboard » qui reconstruit des séries d’évènements urbains sur de petits morceaux de papiers calques avec une technique pointilliste.

Un peu avant, vous aurez traversé l’étrange installation de Diego Bianchi « Ultimate realities », qui utilise divers objets et structures dont il détourne les formes et les fonctions. En les contraignant il crée des séries de « tortures » et de « perversions » révélant un monde inquiétant de réalités cachées.

Diego Bianchi

Diego Bianchi "Ultimate Realities"

Au troisième, Cildo Meireles présente « la Bruja ». Un déploiement de 3000 kilomètres de fil qui occupe tout l’espace du sol au plafond. Les fils convergent vers un balai dont on ne sait pas s’il est l’origine ou l’aboutissement. Cette œuvre monumentale crée un drôle d’espace dans lequel le spectateur ne tarde pas à trébucher littéralement. Ce qui donne des situations assez coquaces lors des visites de groupes, où on essaye de se retenir les uns aux autres.

Cildo Meireles

Cildo Meireles "La Bruja"

Petite aberration, la présentation des magnifiques dessins de Giacometti qui est reléguée dans un coin sombre. Ouvrez l’œil et ne passez pas à coté !

Elly Strik

Elly Strik et ses dessins au sens caché

Alexander Schellow

Alexander Schellow "Storyboard"

Toujours au troisième étage, on retrouve Elly Strik entrevue à la sucrière, Marina de Caro et Christian Lhopital avec sa série de dessins. Des œuvres réalisées à l’aquarelle représentant des monstres issus de cauchemars enfantins.

Christian Lhopital

Christian Lhopital "Dessins"

Voici un aperçu parcellaire des artistes présents au MAC qui recèle beaucoup de bonnes surprises. Alors pour vous faire votre propre avis allez-y et revenez en parler sur Artfizz !

A lire également sur la Biennale de Lyon:

La biennale de Lyon : L’usine T.A.Z.E

La biennale de Lyon : La fondation Bullukian

Et si la vie c’était autre chose? (sucrière)

Biennale de Lyon 2011 : MAC

Jusqu’au 31 décembre

En semaine
Du mardi au vendredi de 11h à 18h

Le week-end
Samedi et dimanche de 11h à 19h
Fermeture hebdomadaire le lundi

Horaires exceptionnels pendant la Fête des Lumières
jeudi 8, vendredi 9 décembre de 10h à 18h,
samedi 10 et dimanche 11 décembre de 10h à 19h.

Plein tarif : 12 €

Entrée + visite commentée : à partir de 13 €

Entrée + Audioguide : à partir de 12 €

Le billet d’entrée donne accès une fois à tous les lieux.
Il est valable pendant toute la durée de la Biennale.

Tarif réduit : 6 €


Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

Réagissez