Biennale de Lyon 2011: Usine TAZE

Deuxième étape de la biennale de Lyon 2011 après la sucrière, l’usine T.A.Z.E est lieu atypique qui devrait s’installer durablement dans le paysage lyonnaisPar JCA

L’usine T.A.Z.E c’est quoi? C’est une ancienne fabrique de soie synthétique qui a perdu le fil de son histoire depuis 30 ans. Basée à Vaulx en Velin dans le quartier du Carré de soie, elle fût notamment la propriété de la famille Gillet, grande figure de la bourgeoisie éclairée locale. Le 25 mai 2011 elle a été inscrite au titre des monuments historiques.

Usine TAZE

Tout cela est bien intéressant, mais la question principale est de savoir si cela donne un bon lieu d’exposition. Il est incontestable que l’environnement se prête parfaitement à l’idée d’un art qui interroge le passé. « Une terrible beauté » peut naître de ces ensembles de béton qui n’avaient sans doute rien de remarquable à leur époque. 90 ans après les vitres cassées et les murs éventrés nous plongent de fait dans un temps différent, propre au détachement.

Le contraste du lieu

La visite débute par l’espace intérieur. Ne soyez pas trop pressé, la visite vous prendra au maximum une demi-heure. Après avoir gravi les trois étages, vous vous trouvez face à « Gala chickenans Gala Coop » de Laura Lima. Une quarantaine de poulets vous toisent, avec leurs costumes de plumes multicolores. Un théâtre volatile des relations sociales. Il y a quatre ans kader Attia nous avait surpris avec ses pigeons dévorants les enfants dans un espace similaire. Force est de constater que le résultat de Laura Lima est bien moins percutant.

Laura Lima

Gala chickenans Gala Coop de Laura Lima

 

Laura Lima

Gala chickenans Gala Coop de Laura Lima

L’espace est aussi occupé par les toiles de Moshekwa Langa avec d’une part les collages de sacs plastiques, et d’autre part les « peintures d’automobile sur papier ». Ces dernières étant nettement moins convaincantes.

Moshekwa Langa

Moshekwa Langa

 

Non, si vous devez aller à l’usine T.A.Z.E, ce sera avant tout pour la très perturbante vidéo de Tracey Rose. En reprenant un extrait d’un texte de Franz Fanon « Peau noire, masques blancs » dans lequel l’auteur est terrorisé par la réaction d’un enfant qui crie à sa mère « regarde le nègre! ». Sous la forme d’un casting dont on saisit mal les contours, Tracey Rose, placée derrière la caméra, demande à de jeunes, voire très jeunes, comédiens de réciter encore et encore la phrase. Le mot « nègre » scandé jusqu’au mal être, finit par se vider de son sens au fil des interprétations souvent surjouées. Il s’ensuit un malaise qui nous renvoit à notre propre appréciation d’autrui. C’est à la fois dérangeant et vertigineux.

Pierre Huisman

Le poisson de Pierre Huisman

Vous pourrez ensuite souffler avec « Le poisson » de Michel Huisman qui offrira un cadre onirique à la réflexion. Au coeur d’une structure à la Moby Dick, vous découvrirez une taverne propices aux rêveries d’enfance. Un terrain neutre et destiné à l’échange, puisque on ne peut y aller qu’a deux.

Jorge Macchi

Jorge Macchi

 

Retour à l’extérieur pour voir le travail de Jorge Macchi, qui a installé dans la cour un jardin à la française au milieu des gravats. Un éclairage tout en contraste de l’environnement.

Petite déception quant à Lucia Koch qui a du modifier son projet initial et qui présente « new development« , simple clin d’œil à la future démolition d’une partie de l’usine.

L’usine T.A.Z.E est un lieu symbole pour Lyon et son agglomération. Chargé d’histoire il se trouve au cœur des nouveaux développements de Vaulx en Velin et de Décines. Si une partie va disparaître il y a fort à parier que l’autre partie devrait s’installer durablement dans le paysage artistique local.

A lire également sur la Biennale de Lyon:

La biennale de Lyon : Le MAC

La biennale de Lyon : La fondation Bullukian

Et si la vie c’était autre chose? (sucrière)

Biennale de Lyon 2011 : Usine T.A.Z.E

Jusqu’au 31 décembre

Adresse

14, rue du Textile, Vaulx-en-Velin
Entrée piéton : rue du Rail

En semaine
Du mardi au vendredi de 11h à 18h

Le week-end
Samedi et dimanche de 11h à 19h
Fermeture hebdomadaire le lundi

Horaires exceptionnels pendant la Fête des Lumières
jeudi 8, vendredi 9 décembre de 10h à 18h,
samedi 10 et dimanche 11 décembre de 10h à 19h.

Plein tarif : 12 €

Entrée + visite commentée : à partir de 13 €

Entrée + Audioguide : à partir de 12 €

Le billet d’entrée donne accès une fois à tous les lieux.
Il est valable pendant toute la durée de la Biennale.

Tarif réduit : 6 €


Mots-clefs :, , , , ,

Réagissez