La « Patineur » de César reste à Lyon

Grâce à la Fondation Bullukian, la célèbre sculpture de César va devenir la propriété de la ville de Lyon, scellant ainsi un destin agité par plus de 10 ans de procédure judiciaire.Par JCA

La Fondation Bullukian a réussi ce que les juges ne sont pas parvenus à faire, trouver un terrain d’entente entre les parties. Grâce à de nombreux mécènes, elle a ainsi racheté l’œuvre à son propriétaire, contre un chèque de 507 000 euros, avant d’en faire don à la ville.

L’histoire de la sculpture de César, défraye régulièrement la chronique lyonnaise depuis près de deux décennies. Petit rappel…

En 1989, le promoteur Slyci commande l’oeuvre directement auprès de l’artiste, qui la conçoit spécifiquement pour la place Tolozan sur laquelle elle est installée en 1992.Après avoir proposé de la donner à la ville de Lyon qui ne donnera pas suite, la société fait alors faillite. Ses biens, dont la sculpture, sont mis aux enchères. « Le patineur » comme l’appellent les lyonnais, est alors vendu 460 000 euros à la Chaîne Thermale du Soleil. Problème le nouveau propriétaire souhaite la récupérer et l’exposer dans un de ses établissements.

"Le patineur"

Débute alors un long conflit entre la mairie qui s’oppose à son déplacement. En 1999 le juge des référés interdit d’ailleurs son déplacement sans accord préalable de la mairie et de l’architecte des bâtiments de France, puisqu’il s’agit d’une zone de protection du patrimoine, avec notamment avec le voisinage de l’Opéra, de l’hôtel de ville et des sculpture d’Ipousteguy.

Depuis quelques années sont apparues de disgracieuses barrières pour protéger l’oeuvre qui s’abimerait. Le propriétaire propose alors de procéder à une restauration dans un atelier. Ce que la ville refuse de peur de ne jamais revoir son bien aimé « homme à la renverse » (autre nom donné à l’oeuvre). Au final il semblerait que ces barrières soit plus symboliques qu’autre chose et il ne serait pas étonnant de les voir disparaître dans les prochaines semaines….

Au final le propriétaire obtient un prix légèrement supérieur à celui qu’il a déboursé il y a 17 ans, même si celui ne tient pas vraiment compte de la cote d’un artiste qui a considérablement augmenté sur le marché.

Mots-clefs :, , , ,

Réagissez