« Perspectives » à la Galerie Artaé

« Perspectives » est le titre de l’exposition qui se tient à la Galerie Artaé jusqu’au 14 avril prochain. Se sont trois artistes qui sont invités à collaborer autour d’un terme fondateur de l’histoire de l’artPar JCA

« Perspectives » une notion sur laquelle s’est basée l’art de la Renaissance. Une notion fondamentale pour l’art occidental qui, au delà de son approche scientifique, avait surtout le mérite de remettre l’homme au centre des préoccupations artistiques.

Pour cette exposition c’est une autre approche, celle du sens figuré du terme, qui évoque une ligne de fuite non matérialisée. Le trait d’union entre les travaux des trois artistes invités, se situe dans  leur capacité à changer de plan, à envisager un nouvel angle, que se soit par l’utilisation de supports différents, ou par un décalage dans l’approche du sujet, bref tout ce qui concourt à à envisager les choses de manière différente.

Joel Ducorroy

Une radio vue par Joël Ducorroy

 

Se sont trois artistes d’horizons différents qui se retrouvent à la Galerie Artaé. Trois artistes, un homme, Joël Ducorroy et deux femmes, Matt Coco et Dania Reymond, aux parcours et aux approches bien différents. .

Joël Ducorroy est la figure la plus connue. Son approche est un subtil mélange d’humour et d’hommage aux grands principes de l’histoire de l’art. Son support, la plaque minéralogique, devient un moyen de repenser la composition classique d’un tableau ainsi que sa perspective. Le tableau prend des airs de poème surréaliste et le signifié devient signifiant.

Joël Ducorroy

Joël Ducorroy

 

Dania Reymond, s’inscrit aussi dans une tradition picturale. Hubert Robert, célèbre peintre de la fin du XVIIIe siècle, était reconnu pour ces vues imaginaires de monuments en ruine et notamment ses célèbres vue du Louvre en ruine. Dania Reymond reprend cette représentation dans une vidéo utilisant un long travelling qui nous plonge au cœur de la toile. Arrivé au  bout, l’œuvre révèle un nouveau point de vue sur l’œuvre classique.

dania reymond

Dania Reymond, Vue imaginaire de la grande galerie du Louvre en ruines d’après le tableau de Hubert Robert, 2011 vidéo, 6’

 

Le travail de Matt Coco agit comme un véritable trait d’union entre les univers de Joël Ducorroy et Dania Reymond. Des mécanismes de machines, dont certaines sont les prototypes d’une exposition qui se tiendra à partir du 15 mars au musée des tissus, au bénéfice des victimes japonaises du tsunami, permettent d’interroger le processus de travail et ce qui appartient à l’étude et à l’a priori.

Matt Coco

Matt Coco

 

Au mur une vaste bande de papier découpée, utilise l’image de la centrale de Fukushima après le tremblement de terre. Après projection, elle a détouré les zones de blanc, de noir et de gris, avant de la découper. Elle déconstruit alors l’image et crée une vue abstraite détachée de son sens dramatique. On retrouve les thèmes chers à l’artiste, avec un travail autour des notions de vide et de transparence. Une déconstruction qui fonctionne parfaitement avec le travail de Joël Ducorroy.

Matt Coco

Matt Coco

 

Enfin une installation au sol, composée d’une multitude de petites boites qui semblent contenir les vestiges d’une histoire inventée. L’assemblage de ces boites qui jouent sur la transparence, font le lien avec les vues archéologiques fantasmées de Dania Reymond.

Une exposition qui parvient à ré-envisager la notion de « Perspectives » et à malmener son caractère restrictif et rectiligne conféré depuis la Renaissance.

Matt Coco

Matt Coco, Déconstruction d'une vue de Fukushima

« Perspectives » à la Galerie Artaé :

11 rue Aimé Collomb

69003 Lyon

Du 8 au 14 avril 2012

Du jeudi au vendredi de 14h30 à 19h 30

Sur rendez-vous les autres jours

 

Mots-clefs :, , , ,

Réagissez