Carolin Jörg à la fondation Bullukian : « Lignes »

Pour sa première exposition en France, Carolin Jörg a choisi la Fondation Bullukian pour proposer une exposition sur le thème  de la ligne et du dessin. Jusqu’au 19 maiPar JCA

Né en 1977, Carolin Jörg présente un parcours particulier qui l’a mené de Stuttgart à Lyon, en passant par Paris. Actuellement professeur d’enseignement supérieur de dessin, à l’Ecole des Beaux Arts de Lyon, elle est aussi en résidence à la Cité Internationale des Arts à Paris depuis novembre 2011. Bien qu’elle soit représentée par la Galerie Michael Sturm de Stuttgart elle n’avait jamais exposé en France malgré le prix de la conférence  internationale de dessin du lac de Constance (IBK).

caroline jorg

Carolin Jorg

Carolin Jörg

Pour l’exposition « lignes », Caroline Jörg s’est basée sur la pratique qu’elle connaît le mieux, le dessin. En partant de l’idée que tout part de la ligne tracée, elle va décliner ce thème à travers différentes formes. On passe ainsi du dessin sur papier, au volume de papier tissée comme le textile, à l’installation constituée de fils entremêlés formant des paysages.

caroline jorg

On navigue constamment entre la deuxième et la troisième dimension, tout en conservant une grande cohérence dans l’approche de chaque œuvre. Le lien entre les volumes, que l’on trouve au sol, sont annoncés par les dessins sur papier accrochés au mur. En décomposant le procédé créatif, Caroline Jörg, tisse un lien éloquent entre le trait et le tissage.

caroline jorg

Michael F Strieder

La pièce du fond présente ainsi un panorama composé des vues de plusieurs villes. Cette vue, préparée par dessin, est constituée par des centaines d’épingles, sur lesquelles viennent s’entremêler  les fils, révélant le dessin initial.

caroline jorg

Pour cette exposition, la Fondation Bullukian n’a pas investi le jardin et a préféré mettre en valeur la cour intérieur qui donne sur la place Bellecour. C’est Carolin Jörg qui a décidé d’inviter Markus F. Strieder. Cet allemand installé dans la région de St-Etienne travaille l’acier en lui donnant l’aspect le plus fin et le plus aérien possible. Une approche peut être plus classique que sa compatriote, mais qui constitue une introduction parfaite à l’exposition.

Markus F Strieder

Markus F Strieder

« Lignes »

A la Fondation Bullukian

Jusqu’au 19 mai 2012

Du mardi au samedi de 12h à 19 h

La Galerie

Mots-clefs :,

Réagissez