L’exposition « Street Voodoo »

L’exposition « Street Voodoo » célèbre deux évènements à Lyon, L’ouverture de la Galerie Korova et l’essor du quartier de guillotière comme nouveau lieu d’échange créatif - Par JCA

Cette exposition collective se tient en fait sur deux lieux, la Galerie Korova située 5 rue Bonald et l’Atelier Anthracite voisin situé rue d’Aguesseau. 23 artistes se sont partagés l’endroit pour créer un espace de création multiforme où se rencontre les disciplines, les personnalités et les talents.

Marion Hanna

Marion Hanna

Pour le vernissage du jeudi 13 septembre, l’évènement était marqué par la procession de la Clic et de Xtatix qui relia les deux lieux avant une « explosion »au coeur de l’atelier Anthracite. Autre animation, celle du collectif « On A tueR Maité », qui proposait un buffet aux saveurs et aux couleurs surprenantes.

On a tueR Maité

Le buffet du collectif "On a tueR Maité"

Le vernissage était aussi l’occasion de lancer le Fanzine Hell Bank Note (La monnaie des morts), pour bien appuyer sur la notion de transcendance. Le titre est une référence à la tradition asiatique de bruler des billets lors de la commémoration des morts, afin que les défunts puissent subvenir à leurs besoins dans l’autre monde. Une pratique qui marque une passerelle entre les deux mondes et contribue à créer un lien fort entre les vivants et les ancêtres. Édité à 120 exemplaires, le fascicule est illustré par l’ensemble des artistes présents dont Isa HypeaMadame Lapin, St Molotov et Biau. Le tout a été tiré par Le cri de l’encre. Un bel objet où vous retrouverez toute l’essence de l’évènement.

Atelier Anthracite 2

A l'Atelier Anthracite

Le titre « street voodoo » peut prêter à confusion, il s’agit bien pour ces artistes de récupérer les vestiges de notre société et de s’accaparer les rebuts oubliés. Quel regard porter sur ces machines de production inutiles, sur ces lieux abandonnés ? Et surtout comment capter l’esprit qui les animait. Cette question est bien mise en lumière par l’atelier Anthracite et les travaux de Totipoten, qui mêle graphisme et univers industriel.

Totipoten 2

Totipoten

La « recherche de ce  mysticisme post industriel » entraîne les artistes à s’interroger sur les mythes urbains en réinterprétant leurs pratiques artistiques. Parmi le collectif on trouve des sculpteurs (Bullit Ballabeni, Loren), des céramistes (Lucrèce), des photographes (BeeBee avec Totipoten) et des illustrateurs (Cornelius).

Marjolaine Larrivé

les "secrètes savonnettes" de Marjolaine Larrivé

Parmi les artistes qui nous ont envoûtés, on notera le travail de Marjolaine Larrivé qui utilise le savon pour faire apparaître la figure d’une femme méduse, entre sensualité et violence mythologique. On a aussi aimé le travail d’Evelyne Postic à l’atelier Anthracite, ou encore les sculptures chimériques de Ben Fessetaud à la galerie Korova.

Ben Fessetaud

Ben Fessetaud et ses "chimères"

On ne pourra malheureusement pas citer ici tous les artistes présents, mais voir une telle énergie, dans un quartier de Lyon injustement mis à part par une partie du petit monde la culture lyonnaise, donne le sourire. On a hâte de voir la suite.

Une exposition où l’esprit de partage est au cœur de chaque élément. Une manière de faciliter l’expression d’une multitude de formes, mais aussi un moyen de se rassurer dans la quête d’une spiritualité urbaine entre ombre et lumière.

Exposition « Street Voodoo » du 13 septembre au 13 octobre 2012 :


 

 

 

 

Korova Art Cubby Hall

5 Rue Bonald 69007

Tel : 06-81-29-17-94

Le samedi de 14h à 19h

Lundi et mercredi de 18h à 20h

Infos : korova@live.fr

 

Atelier Anthracite

8 et 10 rue d’Aguesseau 69007

Tel : 04-37-65-73-28

anthracitelyon@gmail.com

 

 

 

 

Mots-clefs :, , , ,

3 réactions sur “L’exposition « Street Voodoo »”

  1. [...] septembre 2012, la Galerie Korova présentait l’exposition « Street Voodoo » en partenariat avec l’atelier Anthracite. Un évènement riche en couleur qui était [...]

  2. JCA dit :

    Ce n’est que le début, il y a de belles énergies dans ce quartier qui ne demandent qu’à exploser

  3. Framb' dit :

    complètement d’accord avec l’idée de mettre l’accent sur le 7ème arrdt de Lyon , il s’y passe beaucoup de choses intéressantes artistiquement, humainement et socialement …. et ce n’est pas au bout du monde lyonnais , il y a bus, métro et tram pour venir , voire vélo et pedibus ;o) à suivre donc …

Réagissez