L’incroyable rencontre Combas/Kijno

Une confrontation artistique exceptionnelle est proposée à la Chapelle de la Visitation. Du 30 juin au 7 Octobre 2012 , « Combas – Kijno, via crucis – la peinture à quatre mains« . – Par Elia

La chapelle de la Visitation est un bâtiment et un espace d’art contemporain incontournable de la ville de Thonon, Haute Savoie. Ses plafonds à plus de sept mètres de haut abritent cette année quatre expositions autour d’un thème élégant : « Pièce unique ». L’exposition en cours « via crucis, la peinture à quatre mains » est le recueil de 14 peintures nées d’un travail à quatre mains réalisé par Robert Combas et Ladislas Kijno en 2005.

Le commissaire d’exposition Philippe Piguet n’a rien laissé au hasard. La restauration du chemin de croix à la basilique de Saint Francois de Sales, une chapelle comme lieu d’exposition et une exposition au musée du Chablais consacré à Maurice Denis… Il propose donc une vision contemporaine de ces scènes de souffrance  universelle. C’est l’une des plus grandes thématiques de l’art religieux, et, Combas et Kijno se la sont appropriée à merveille.  Il faut dire « [qu'ils] ont tous les deux un réel sens du sacré » (kijno).

En 14 stations ( 14 toiles de 195x135cm ) est illustrée toute la violence du monde. Première Station, « Jésus est condamné par Ponce Pilate », un public blême, des images qui se superposent, des éclats de peintures, un calme plat, les deux marginaux donnent le ton. Plus tard, empruntes romaines, fouets à la main, un Jésus aux aspects de cromagnons qui « tire la tronche » sans peine, sans peur, sans tristesse mais avec mépris et désinvolture, dégoût et épuisement. Le tout se mêle à des formes et des textures profondes. La puissance de l’abstraction et la fougue de la figuration libre prennent place et dominent le sujet à la perfection.  (cf : Jésus est chargé de sa croix) . A l’heure où le religieux dérange, dans une même volonté de proposer une œuvre en marge, ils développe le thème avec conscience et distance.

« Combas, pour moi, était un chaman, un démiurge. » Kijno

Combas, comme à son habitude, s’accapare et perce le sujet. En plus des toiles (à quatre mains), il s’empare du crucifix et produit des représentations décadentes, colorées, aux expressions parfois joyeuses. Les résultats sont interrogateurs. Avec trois décennies de différences et des travaux bien différents, on se demande comment s’est faite la rencontre avec Kijno. Au cours de son enfance, il découvre Ladislas Kijno à la télévision, un original aux allures d’intellectuel, il en retient une désinhibition face au support et aux matières. La découverte de ce personnage discret de l’art abstrait a nourri son mode de production, libre et décomplexé. D’ailleurs, « pour [lui] la création passait avant la technique ».

Kijno est l’une des grandes figures « d’un art abstrait matiériste des années 1960« . Après des études de littératures et philosophies, il produit de nombreuses toiles en collaboration avec des poètes. Il se dégage très vite des codes de son époques et on le reconnaît au froissage des supports, primat des formes ovoïdes, usage du spray, gestualité brutale… la forme, le fond s’efface l’un dans l’autre. C’est en 1980 qu’il tombe nez à nez avec une toile de Combas, « je fus estomaqué par les toiles de Robert. Il s’en dégageait un rayonnement magnétique qui laissa en moi de profonde cicatrice« .

La rencontre se fait plus tard, par l’intermédiaire d’un ami. Deux parcours similaires, des thématiques proches, un désir de vérités. La confrontation de l’abstraction matièriste de Kijno et de la Figuration libre de Combas était un grand défi. Le regard iconoclaste de Combas et le désir de créations nouvelles de Kijno étaient un liant adéquate.

 

* Le chemin de croix :

Dans la confession catholique, le chemin de croix désigne une cérémonie célébrée pour commémorer la Passion du Christ en évoquant 14 moments particuliers de celle-ci. Certains de ces épisodes sont issus de la tradition et non rapportés dans les écrits bibliques.

Par extension, le chemin de croix désigne l’ensemble des symboles matériels (tableaux, sculptures…) marquant les différentes stations de la cérémonie.

 

Conférence

jeudi 20 septembre 2012 à 20h30, Conférence de Philippe Piguet : « Art contemporain et art sacré« . Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Chapelle de la Visitation, 25 rues des Granges, Thonon-les-Bains

Entrée libre du mercredi au dimanche (inclus), de 14h30 à 18h

Service culturel : 04 50 70 69 49

 

Mots-clefs :,

Réagissez