Dédoublements à la Galerie Françoise Besson

La Galerie Françoise Besson a laissé carte blanche à l’artiste peintre Clément Montolio pour réunir quatre artistes autour du thème du « Dédoublement »Par JCA

Le dédoublement est un thème qui peut amener à de nombreuses réflexions. Envisager la toile comme le dédoublement du peintre sur la toile en est une, mais ce n’est pas elle qui a été retenue par Clément Montolio, commissaire exceptionnel de cette exposition.

Le catalogue pose comme point de départ le travail de Piet Mondrian et plus particulièrement sa « composition Jaune rouge et bleu » datant de 1927. Les lignes de couleurs se dédoublent afin de structurer l’espace de la toile et créer un langage indépendant de tout symbolisme.

Galerie Françoise Besson

Galerie Françoise Besson

En partant de cet exemple, la Galerie Françoise Besson réunit donc cinq artistes aux propos et aux approches différentes, mais qui ont tous comme point commun d’aborder leur art et leur médium, en créant une distance avec le support.

Galerie Francoise Besson

Galerie Françoise Besson

Lise Roussel que nous avions rencontré il y a quelques mois, présente ses travaux les plus récents qui construisent des endroits où la peinture se rejoint elle-même, grâce à la force du trait qui l’anime.

Lise Roussel

Lise Roussel

Elisabeth Fréring possède un univers peuplé de monstres étranges, qui hantent l’espace de la toile. La peinture comme lieu d’un imaginaire peuplé de monstres sensuels et effrayants à l’épure magistrale.

Elisabeth Fréring

Elisabeth Fréring

Patricia Cartereau présente de petits formats où les figures se mêlent au support dans de grandes irisations de couleurs qui viennent troubler la posture du sujet.

Patricia Cartereau

Patricia Cartereau

Clément Montolio quant à lui présente des toiles où se déploient des figures chimériques en superposant  les réalités tantôt humaines ou végétales.

Clément Montolio

Clément Montolio

Stéphane Guglielmet a la particularité d’être le seul photographe de l’exposition. Son travail réalisé à Marseille, aborde la ville de son enfance et essaie d’en dessiner un portrait à travers la sensibilité de son objectif. La plupart des clichés jouent sur la distanciation, par le truchement d’une vitre à travers laquelle il saisit l’instant.

Stéphane Guglielmet

Stéphane Guglielmet

Un belle exposition qui réunit des artistes aux univers différents mais qui proposent tous une vraie réflexion sur la pratique artistique. Alors essayez de vous dédoubler et de grimper sur les hauteurs des pentes de la Croix-Rousse…

 

« Dédoublements »:

A la Galerie Françoise Besson

10 rue de Crimée 69004

Du 20 octobre au 1er décembre.

 

A lire également:

L’interview de Lise Roussel

La Docks Art Fair s’élance

Dédoublements

Dédoublements


Mots-clefs :, , ,

Réagissez