Les derniers jours de « Soulages XXIe »

Comme des dizaines de milliers de personnes depuis octobre, nous sommes allés voir l’exposition « Soulages XXIe siècle » au Musée des beaux Arts de Lyon. Malheureusement c’était un samedi après midi… - Par JCA

Un samedi après midi de janvier, il pleut sur Lyon et le citoyen se dit alors qu’il serait judicieux d’aller sécher ses semelles sur la moquette douillette d’une exposition. Et quoi de mieux que l’exposition « Soulages XXIe » siècle qui s’achève le 28 janvier prochain.

Pierre Soulages

La première salle de l'exposition éclairée par réverbération

En arrivant on se dit que l’aventure commence mal. Une file de 50 personnes, surmontée de parapluies bigarrés, attend de manière disciplinée le long de la rue Edouard Herriot. Quelle bonne idée de venir un samedi après midi…

Pierre Soulages

Au coeur de l'Outrenoir

Une demi-heure après notre arrivée, nous prenons enfin notre billet (8 euros) et grimpons à l’assaut de l’escalier qui nous mène au début de l’exposition.

Première salle et première cohue. Ça bouscule et ça percute. Il faut dire que la scénographie reprend les principes de Pierre Soulages et offre un spectacle saisissant. Un mur blanc placé en face des toiles, reflète la lumière qui vient caresser les toiles réalisées au cours de l’année 2012. Des toiles toutes de noir vêtues qui captent étonnamment la lumière en révélant toute la matière inerte.

Pierre Soulages

On essaye alors de se frayer un chemin vers la deuxième salle pour découvrir les dernières réalisations du peintre de l’Outrenoir. L’engouement s’estompe au contraire de la foule. Les cartels ont beau nous parler brièvement d’un travail symbolisant une nouvelle approche, on ne sent pas vraiment de nouvelle impulsion. Enfin si, il y a du blanc…

Pierre Soulages

C’est un peu réducteur, mais même si la matière est toujours là, le blanc n’apporte pas la même densité que le noir. Les toiles semblent comme absentes… contrairement à la foule qui est omniprésente. L’espace du premier étage se compose de 4 espaces distincts. C’est peu, mais souvenez vous qu’il n’y a qu’une trentaine de toiles exposées.  Même en s’attardant, en une demie-heure vous aurez fait le tour.

Il faut ensuite monter au deuxième étage, au cœur de la collection permanente pour découvrir les œuvres acquises récemment par le musée grâce au mécénat, qui appartiennent à la génération des années 90. L’intention est louable, car elle permet au visiteur au spectateur du samedi après-midi de découvrir (ou redécouvrir) la très belle collection du musée. A ce titre on regrettera tout de même la nouvelle disposition des œuvres issues du legs de Jacqueline Delubac. Les œuvres de Francis Bacon sont dissociées et la perception de la collection s’en trouve grandement dénaturée. Cependant Soulages qui représente sans doute l’artiste français vivant le plus important a donc toute sa place dans cette collection. Après tout est une question de hiérarchie…

Pierre Soulages

La foule disparue l'espace d'un instant

En conclusion, l’exposition plaira aux amoureux de l’œuvre de Soulages. Pour les autres l’expérience risque d’être plus mitigée. La cohue, le manque d’informations risque de rebuter de nombreux spectateurs. Il suffit d’ailleurs de lire le livre d’or pour s’apercevoir que les commentaires sont partagés entre le génie et l’imposture. Preuve sans doute que l’exposition n’est peut être pas assez didactique. En tout cas un chose est sure, si vous voulez vous faire un avis neutre, n’y allait pas un samedi après midi.

 

A lire également : Le musée de Lyon se paye Pierre Soulages

 

« Soulages XXIe siècle »

Jusqu’au 28 janvier 2013

Le 24 25 et 26 janvier Ouverture exceptionnelle jusqu’à 22 h

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h.

Pierre Soulages

"Détail"

Mots-clefs :, ,

2 réactions sur “Les derniers jours de « Soulages XXIe »”

  1. Je n’aime pas l’oeuvre de Soulage car je la trouve sans autre intérêt que d’enrichir des spéculateurs qui pervertissent l’art et endorment l’esprit critique du peuple.

  2. bibi dit :

    tout a fait d’accord avec votre analyse, belle expo, mais vraiment trop de monde!

Réagissez