Retour sur un évènement à cheval sur le Jura : WE SUISSE #2.

Ce mois d’octobre passé a été l’occasion d’une découverte plutôt enthousiasmante en terme de dynamiques et d’initiatives autour de l’art contemporain. Basé sur l’invitation d’artistes suisses en territoire bisontin, il concentre sur 5 jours un programme relativement dense de rencontres, de vernissages, d’expositions et de performancesPar PierT

Ce week-end, qui s’étale en fait sur presque une semaine, rassemble des pièces, de formats et d’intentions très différentes, et permet de donner un aperçu de la jeune création actuelle en Suisse romande. Ces relations de bon voisinage avec la Suisse, laissent à imaginer ce que pourrait être des relations trans-régionales et transnationales plus approfondies, de pair à pair, dans nos différents réseaux d’art.

Les diverses sectorisations représentent encore souvent en France de véritables frontières en terme d’économie et de diffusion.

 

Thomas Koenig

"Il faut juste que je tombe dessus" Thomas Koenig, © Sylvie Lanz

Au cours de ce WE Suisse, une table ronde organisée par le forum transfrontalier (Voir le site Club 44) met en dialogue, entre autre, un géographe avec un conservateur et un producteur culturel. Ce forum aborde justement les problématiques d’organisation humaine des territoires (« mouvement citoyen pour rapprocher les jurassiens Franco-Suisse » …).

Les frontières disciplinaires sont elles aussi en discussion avec la table ronde  « Jeune création en Suisse : transdisciplinarité, indisciplinarité ? » réunissant des performeurs, un chorégraphe, et des organisateurs de projets culturels dont les Urbaines, et le Festival des arts vivants de Nyon.

Sans pour autant être le centre des sujets qui nous concernent, ces enjeux autour de la géographie des échanges artistiques donnent à réfléchir sur la construction d’une synergie territoriale et interdisciplinaire. Ne pas se concentrer seulement sur une position de promotion locale et donner résonance à des artistes de territoires attenants permet de se pencher sur les travaux présentés avec un regard et un jugement relativement libre. Un équilibre entre le désintérêt du proche (méconnu ?) et l’attrait du lointain (fantasmé ?). Typiquement, ce genre d’évènement en parallèle des autoroutes culturelles mérite un brin de curiosité.

 

CLAUDIA COMTE

"Basics and conbinations" ; Claudia Comte ; Toshiba House, © Sylvie Lanz

La soirée clôturant le WE SUISSE à la Rodia s’avère représentative de ce WE artistique multiforme et les artistes présents sûrement à suivre dans les années qui viennent.

Y sont présentées trois pièces hybrides, entre spectacle et performance.

Une proposition opératique intérieur/extérieur (« Say Yes or Die » de Anne Rochat avec Sarah Anthony et Gilles Fürtwangler) qui joue de la monumentalité de la Rodia et de l’investissement des lieux par les mots et les corps.

 

ANNE ROCHAT AVEC SARAH ANTHONY & GILLES FURTWÄNGLER

"Say yes or Die", Opéra performatif en cours de création; Anne Rochat avec Sarah Anthony & amp; Gilles Furtwangler - © Sylvie Lanz

Une pièce sonore/visuelle poétique et minimaliste (« Radial – the Great Storage » de Mio Chareteau et Alexandre Babel).

 

MIO CHARETEAU & ALEXANDRE BABEL

"Performance Radial"; Mio Chareteau et Alexandre Babel - © Sylvie Lanz

Et un laboratoire art/action qui fait la couture entre son, voix, langage et nombril, dans des formes peut-être plus identifiées de la performance (« aufondemonombril #2″ de Leonore Easton et Boris Hoogeveen).

 

LÉONORE EASTON & BORIS HOOGEVEEN

"Atelier de création performatif publique"; Léonore Easton; Boris Hoogeveen; AUFONDEMONOMBRIL#2

En parallèle à cet article, nous vous proposerons prochainement une interview/retour sur un des lieux phare du WE Suisse : Toshiba House, qui mérite le détour à plus d’un titre, pour sa politique d’exposition, sa situation d’île en ville, sa salle largement ouverte en vitrine sur un quartier résidentiel, le choix des travaux proposés, etc …

Et pour toutes informations complémentaires sur le WE SUISSE#2, rendez-vous sur le site du BRAC.

Mots-clefs :, , , , , ,

Réagissez