Zeng FanZhi au musée d’art moderne de Paris

Il ne vous reste que quelques jours pour admirer la très belle exposition consacrée à Zeng FanZhi, au musée d’art moderne de la ville de Paris. Une exposition qui pourrait bien vous réconcilier avec la peinture chinoise contemporainePar JCA

Lorsque l’on aborde le sujet de la peinture chinoise contemporaine, on pense parfois à ces peintres de l’esbrouffe, symboles d’un marché de l’art qui porte aux nues la dernière sensation d’une vente aux enchères new-yorkaise.

Zeng FanZhi, né en 1964,  est à la fois un des symbole de cette génération d’artistes ayant acquis une notoriété internationale et le meilleur exemple de la grande culture artistique de cette génération.

Zeng FanZhi

Zeng Fanzhi, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 2013 Photographe : Pierre Antoine

De manière surprenante, l’exposition nous propose de remonter le temps et la carrière de Zen FanZhi. Ainsi nous débutons par les toiles les plus récentes du peintre. De grands formats représentants  des paysages sombres dont l’espace est brouillé par des enchevêtrements de lignes. Dissimulée derrière ces filtres, une figure fantomatique semble errer dans l’infini. On se retrouve happé par l’espace de la toile, malgré les barrières visuelles. Les couleurs sont vives, presque incandescentes, et contrastent avec les figures ternes cachées au second plan.

Zeng FanZhi

Zeng Fanzhi, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 2013 Photographe : Pierre Antoine

En continuant ce voyage  dans la carrière du peintre, on croise des autoportraits qui vont puiser dans la peinture traditionnelle chinoise. Le regard fixe tourné vers le spectateur, l’artiste semble faire peser son regard sur le monde entier. Peut être vient il de faire tomber les masques.

Zeng Fanzhi

Zeng Fanzhi Self-portrait 09-8-1, 2009 200 x 200 cm Collection de l’artiste © Zeng Fanzhi studio

Puis on arrive devant ce qui constitue la série la plus célèbre du peintre, celle « des masques ». Une toile en particulier, celle représentant un groupe d’enfants, portant l’habit des jeunesses communistes, que l’artiste n’eut pas le droit de rejoindre. On devine ces enfants heureux comme ceux des cours d’écoles, inconscients des enjeux du monde et des luttes qui s’y déroulent. Pourtant Zen FanZhi recouvre leur visage d’un masque arborant un large sourire figé.

Zeng FanZhi

Zeng Fanzhi Mask Series No.6, 1996 200 x 360 cm (en 2 panneaux) Collection privée © Zeng Fanzhi studio

La peinture de Zen Fan Zhi a ceci d’envoûtant qu’elle cherche à montrer ce que l’on ne voit pas, ou ce que l’on cherche à ne pas voir. Le fait qu’il soit sans doute un des peintres le expressif de la peinture chinoise contemporaine, est sans doute lié au fait que cet homme a profondément étudié l’histoire de l’art occidental.

Zeng FanZhi

Zeng Fanzhi Bacon and Meat, 2008 200 x 200 cm Collection de l’artiste © Zeng Fanzhi studio

Comme avec cette réinterprétation de la Cène de Léonard de Vinci. Ici encore les visages arborent des masques souriants, qui reflètent l’instant tout en insistant sur la future solitude des personnages. Ou encore cette série qui mêle à la fois les traits d’Egon Schiele et le portrait d’un Francis Bacon.

Zeng FanZhi

Zeng Fanzhi, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 2013 Photographe : Pierre Antoine

Cette proximité avec les personnages combinée avec cette connaissance des arts prend naissance dans la série des hôpitaux réalisée au début de la carrière du peintre. Des toiles d’un format plus réduit aux teintes rouges rappelant certaines toiles de Chaim Soutine. Le trait lui même se fait plus rugueux.

Zeng FanZhi

Zeng Fanzhi Hospital Triptych No.2, 1992 180 x 460 cm (en 3 panneaux) Collection de l’artiste © Zeng Fanzhi studio

Ce parcours à rebours permet de cerner au mieux la force de la peinture de Zen FanZhi. Un trait en constante évolution mais qui ne cesse de créer des passerelles entre les images et nos perceptions.

Zeng FanZhi :

Au musée d’art moderne de la ville de Paris

Jusqu’au 16 février 2014

Horaires
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h

Billetterie
Plein tarif : 7 €
Tarif réduit : 5 € (plus de 60 ans, enseignants, chômeurs, famille nombreuse)
Demi tarif : 3,50 € (jeunes 14-26 ans + RSA)
Gratuit pour les moins de 14 ans

Mots-clefs :, ,

Réagissez