« La tendresse des pierres » de Marion Fayolle

Dans le cadre de la deuxième édition du festival Lyon BD la Fondation Bullukian présente le travail de Marion Fayolle. Une artiste polymorphe à l’univers poétique captivantPar JCA

La Fondation Bullukian aime nous surprendre et repousser les cadres des institutions d’art. En s’associant au festival Lyon BD, elle démontre que c’est le regard que l’on porte sur le travail des artistes qui les catégorise. La numérotation si chère aux médias, qui classent la bande dessinée au 9e rang d’un classement que l’on peine à expliquer, perd ici tout son sens.

Crédit photos : Caroline Capelle Tourn

Marion Fayolle est diplômée des arts décoratifs de Strasbourg et ne cesse d’exercer dans les domaines les plus variés, de l’illustration (New York Times, Gallimard…etc) au théâtre (Théâtre de Suresnes, Opéra de Montpellier…etc) ou encore la mode avec Cotélac.

La tendresse des pierres, est basée sur les planches originales du livre éponyme de Marion Fayolle (édition Magnani). Grâce à une mise en scène de Romain Diroux et Manon Leblanc (Studio Monsieur), le regard se libère du support qui parfois nous empêche de percevoir l’œuvre en tant que telle.

Extrait de la tendresse des pierres

« La tendresse des pierres », illustre la vision d’une enfant face à la maladie de son père. Un regard tendre et pertinent sur les modifications du quotidien, les réactions familiales, les espoirs et le fracas de la réalité. Marion Fayolle nous emmène alors dans un univers poétique et métaphorique, qui renforce la puissance des images et donne ce qu’elle appelle « un spectacle littéraire« .

Crédit photos : Caroline Capelle Tourn

Pour cette exposition, la Fondation Bullukian nous propose une sélection de planches originales, présentées de manière simple et lisible, tout en évitant l’écueil de nous « donner à lire » les œuvres. Les supports de présentation reprennent d’ailleurs l’univers graphique.

« La tendresse des pierres » est une exposition tout en retenue et délicatesse, qui nous montre outre la richesse et la profondeur de l’univers de Marion Fayolle dont le dernier ouvrage, « Les coquins« , est une série de dessins érotico-poétiques. Par son travail elle résume parfaitement les mots de son éditeur citant Jean-Luc Godard : « Elle est un peintre qui fait de la littérature« .

« La tendresse des pierres »

A la Fondation Bullukian

du 13 juin au 19 juillet 2014

Mots-clefs :,

Réagissez